Bibliothèque

Sur la Chine

Nous vous proposons ici une liste, non exhaustive, d’ouvrages que vous pouvez lire si vous vous intéressez à la culture chinoise ou bien simplement par curiosité.

Cette liste sera surement amenée à s’allonger …


Romans

Aventures, littéraires, historiques

  • Le juge Ti. 18 volumes – Robert Van Gulick (policier) – Union générale d’éditions.
  • Quatres brigands du Huabei - Gu Long (aventures) – Editions Picquier.
  • 13 récits chinois – Collectif – Editions Picquier
  • Sept victimes pour un oiseau – André Levy – Editions Flamarion
  • Le roman de la vie
  • Chroniques
  • Perdre son chemin – A.Tchen – Editions de l’Aube
  • Les trois amis de l’hivers – Wang Zeng Qi – Editions Picquier
  • La muraille de Chine – Kaiko Takeshi – Editions Picquier
  • Le tiran de Nanquin – Wu Han. Editions Picquier
  • Royaumes en proie à la perdition (chroniques de la Chine ancienne) – Trad. J.Pimpaneau. Editions Flamarion
  • L’impératrice de Chine – Lin Yutang (historique) – Editions Picquier
  • Vent et vagues
  • La favorite
  • Lou lan – Yasushi Inoue (historique) – Editions Picquier
  • Mémoires d’un oeunuque de la cité interdite – Dan Shi (autobiographie) – Editions Picquier

Robert Van Gulik et le juge Ti

« Robert Van Gulik avait accompli d’impeccables travaux de sinologie et il à fait progresser cette science, mais son objectif profond n’était pas la sinologie.

A partir de la Chine comme mère nourricière il était capable d’écrire aussi bien des romans policiers qu’une étude magistrale sur la peinture ou des traités sur la musique…

Si Van Gulik composait des textes en chinois classique, ce qui est unique chez les sinologues, s’il était bon calligraphe… c’était pour se cultiver et sa science allait de pair avec le plaisir. » Simon Leys 1983.

Le juge Ti est un personnage historique qui vécu de 630 à 700. Dans la seconde moitié de sa carrière, il devint ministre de l’Empire T’ang toutefois c’est sa réputation de détective en tant que magistrat de district qui perpétua sa mémoire chez le peuple chinois.

Trois affaires criminelles résolues par le juge Ti (Dee Goong An) est un roman policier chinois du 18ème siècle traduit par Van Gulik qui relate de véritables affaires criminelle résolues par le juge Ti Jen-Tsie.

Par la suite l’auteur inventa d’autres aventures au fameux juge avec toujours pour toile de fond, la société chinoise sous les T’ang.


Connaissances de la Chine

  • Quand la Chine nous précédait – Robert K-G Temple – Editions Bordas
  • Le monde Chinois – Jacques Gernet – Editions Armand Colin
  • La Chine antique – H. Maspero – Editions des Presses Universitaire de France
  • Essais sur la Chine – Simon Leys – Editions Bouquins
  • La bureaucratie célèste – Etienne Balazs – Editions Gallimard
  • La civilisation chinoise
  • La pensée chinoise – Marcel Granet -Editions Albin Michel

Etienne Balazs (1905-1963) était considéré par les spécialistes du monde entier comme un des plus grand historiens occidentaux de la Chine impériale.

La bureaucratie céleste est une somme de recherches sur l’économie et la société de la Chine traditionnelle.

« Tout en parlant des problèmes économiques et sociaux d’un état confucianiste de lettrés fonctionnaires, j’ai effleuré malgré moi, maintes questions d’une société totalitaire et bureaucratique qui n’existe pas encore, ou plutôt qui est en train de s’édifier, en Chine et ailleurs. »


Philosophie

  • Les entretiens – Confucius éditions Gallimard collection connaissances de l’orient
  • Confucius – Etiemble – Editions Folio
  • Les oeuvres complètes – Tchouang tse – Editions Gallimard
  • L’art de la guerre – Sun tze Luc Thanassecos éditeur
  • Tao tö king livre de la voie et de la vertu – Lao Tseu J.JL Duyvendak librairie d’amérique et d’orient A.Maisonneuve

CONFUCIUS -551 à -479

Philosophe, éminent pédagogue et homme politique, Confucius est l’une des grandes figures de la civilisation de la chine ancienne et le fondateur du système éducatif féodal.

Confucius était considéré comme le premier des sages et « le modèle de dix milles générations ».

On ne peut dater au juste ce philosophe dont le nom et la vie officielle sont trop chargés de fables, mais comment s’étonner si celui qui écrit 300 ans après Confucius ne nous transmet que des fables ?

« Ce qu’on sait du vrai Confucius historique se résume à peu de choses : quelques noms, quelques dates : hors cela des anecdotes d’authenticité douteuse … » (Maspero)

Le confucianisme s’implanta sous les Han en doctrine officielle sinon en religion d’état.

Quand à Mao Zedong (Mao tsö tong), à peine installé au pouvoir, il annonça qu’il lutterai à mort contre Confucius et le Confucianisme…

« Confucius est un grand penseur et un grand homme de culture. Toutes les familles et tous les hommes même les femmes et les enfants de notre pays, le savent.

Il est aussi très célèbre et respecté partout à l’étranger.

Sous quelque angle ou de quelque point de vue que vous abordiez une étude sur Confucius il vous faut avouer objectivement la place sublime occupée par Confucius dans l’histoire de la civilisation chinoise ; il vous faut savoir que la pensée de Confucius à laissé des traces dans la pensée sociale, la structure culturelle, les particularités psychologiques, les points de vue éthiques, les valeurs morales, la conscience juridique … de la nation chinoise.

Il y en à de positives, il y en à de négatives. Mais peu importe !

Positives ou négatives se sont elles qui constituent les composantes de la réalité présente et du passé historique de la Chine.

Si l’on ne comprend pas cela, impossible de comprendre sérieusement la Chine, impossible de savoir qu’elle est au juste la situation de la Chine. »…

(article parut en Chine en 1985. Par Yu Jong-Ken)


Classiques

  • Au bord de l’eau – Shi Nai-An, Luo Guan-Zhong bibliothèque de la pléiade, 2 volumes.
  • Les trois royaumes – Luo Kouan-Tchong – Editions Flamarion 7 volumes
  • Rêve dans le pavillon rouge – Cao Xueqin bibliothèque de la pléiade, 2 volumes
  • Le singe pèlerin – Wou Tch’eng-en – Editions Payot
  • Contes anciens à notre manière – Luo Siun éditions Gallimard, collection connaissances de l’orient.
  • Chroniques de l’étrange – Pu song-ling éditions – Editions Picquier

Au bord de l’eau est une des oeuvres les plus connues du patrimoine chinois (avec pérégrination vers l’ouest, les trois royaumes et rêve dans le pavillon rouge).

Il s’agit d’un roman à épisode de la littérature ancienne qui s’est transformée en marge de la littérature classique.

Au bord de l’eau raconte une révolte à la fin de l’empire des Song du Nord au 12ème siècle. C’est l’histoire de 108 brigands d’honneur combattants la corruption de l’état.

Une véritable fresque de la Chine du moyen-age.


Littérature

  • Récit d’une vie fugitive – Chen Fou éditions Gallimard, collection connaissances de l’orient
  • Chronique indiscrète des mandarins 2 volumes - Wang King-tseu – Editions Gallimard
  • Les trois rois – A Chen – Editions Alinéa
  • Pérégrination d’un clochard – Lieou Ngo – Editions Folio
  • Le puits
  • Un gastronome chinois – Lu Wenfu – Editions Picquier
  • Biographie des regrets éternels – Jacques Pimpaneau – Editions Picquier
  • Le pousse-pousse
  • La cité des chats
  • l’enfant du nouvel an
  • la cage entrebaillée
  • gens de Pékin
  • Le fils tombé du ciel – Lao She – Editions Picquier

Lao She est une référence de la littérature chinoise.

Aussi à l’aise dans la littérature dite « populaire » que dans la littérature tout court, Lao She est l’un des rares grands écrivains de la Chine moderne à avoir pratiqué presque tous les genres littéraires.

Mais les deux domaines où son sens de l’observation, son humour si particulier et sa maitrise de la langue se sont le mieux exercés ont été successivement le roman et le théâtre.

La disparition de l’auteur au début de la révolution culturelle restera dans les annales chinoises comme l’une des pages les plus tragiquement absurde.